Articles

RCC 2013

Tunis capitale de la danse 2013

  Tunis du 1er au 5 mai 2013  
 Pour être au diapason avec le reste du monde, la Tunisie s’associe à la célébration de la journée internationale de la danse avec une manifestation en deux temps : les 28 et  29 avril  2013

Avec les Rencontres Chorégraphiques de Carthage,  1-5 mai 2013, c’est à un  rendez-vous amoureux avec la danse que le public est convié, et cela fait douze ans que ça dure ! C’est dire combien est forte la relation entre Tunis et l’art chorégraphique.

Fidèles à la tradition d’excellence qu’elles ont instaurée, les RCC  proposent une programmation de haute tenue ;  inventives, nerveuses, intenses, audacieuses  ; chacune des pièces a quelque chose de précieux et d’unique à dire et à donner.

Tunis capitale de la danse 2012

RCC 2012

  Tunis du 1er au 6 mai 2012  

Il fallait bien que cela arrive. A force de le dire avec tant de conviction, Tunis est devenue une capitale de la danse. Ce sont les autres qui nous le montrent en nous proposant d’accueillir le festival Extra. Depuis trois ans, les professionnels les plus exigeants se retrouvaient à Annecy, belle ville nichée sur les rives d’un grand lac au cœur des Alpes. Ils venaient voir ce qui se créer de plus sophistiqué, les recherches artistiques les plus à l’avant-garde de la danse contemporaine et des arts scéniques. En quelques éditions, le festival Extra est devenu incontournable. Et cette année, il vient à Tunis, mêlant sa programmation à celle des Rencontres Chorégraphiques de Carthage. L’espace étant hors les murs, ils ont choisi Tunis. Nous sommes heureux. Il a fallu que notre festival fasse la preuve de son sérieux, que le public tunisien prouve sa maturité car en art en général et en danse en particulier. La venue à Tunis d’Extra montre que Tunis et son public est bien une Capitale de la danse ; et ce sont les autres qui le disent. La venue d’Extra à Tunis est une reconnaissance qui nous honore.

RCC 2011

RCC 2011

  Tunis du 30 avril au 8 mai 2011  

Notre surprise était grande quand, il y a plus d'un an, la direction de Ness el Fen nous avait proposé, de prendre la direction artistique de la 10 ème édition des Rencontres Chorégra¬phiques de Carthage... un souvenir celui des premiers mots : le festival « est un projet et non pas un héritage ».Nous n'avons saisi le sens de ces mots qu'après le déclenchement de la Révolution tunisienne du 14 janvier. Ces mots nous sont apparus alors comme évidents, l'évidence même d'un citoyen dans une République, une citoyenneté altruiste où l'intérêt collectif prime sur l'intérêt individuel.Mais alors, une question nous a taraudé l'esprit depuis : comment agir ? Comment réagir ? Comment donner un sens présent à un fait culturel comme celui relatif à la danse?
L'art de la danse ne se résume pas à une animation culturelle comme le pensent certains, même parmi les responsables culturels.Après à la Révolution, notre société se retrouve, ici et maintenant, à la croisée des chemins...De ce fait, notre avenir collectif est enjeu...

RCC 2010

RCC 2010

  Tunis du 1er au 8 mai 2010  

Pour sa neuvième édition les Rencontres Chorégraphiques de Carthage donnent à rire et c’est un véritable pari car l’entreprise, pour des raisons complexes qui relèvent de l’histoire autant que de la théorie, est difficile. L’art chorégraphique n’est pas forcément celui qui encourage le plus les formes comiques alors même que la pratique sociale des danses est souvent synonyme de réjouissances.
Vieux souvenir d’études : Bergson écrivait que le comique c’est du « mécanique plaqué sur du vivant », jolie formule qui fonctionne admirablement pour le cinéma par exemple. Mais qu’en est-il en la danse, sur cet art qui représente « la mobilité de la vie » pour toujours citer Bergson ? Plutôt que d’engager une profonde réflexion pour éclairer ce paradoxe, nous avons préféré proposer notre petite anthologie contemporaine du rire chorégraphique. C’est un extrait ou un premier exemple, cela ne prétend à aucune généralisation d’autant que ce qui fait rire les uns ne fera qu’à peine pouffer les autres… 

RCC 2009

RCC 2009

   Tunis du 1er au 9 mai 2009  

Et pourquoi pas les nouvelles technologies ? L’idée d’organiser ces Rencontres 2009 autour de la question de la danse et des nouvelles technologies est venue il y a quelque temps déjà. Pour monter un spectacle, un chorégraphe me demandait des moyens techniques et surtout électriques qui représentaient la consommation de tout un quartier de chez nous ! C’était avant la crise, c’était avant que l’on se dise, un peu partout, que la consommation effrénée n’est peut-être pas la solution idéale.
Organiser ces huitièmes Rencontres Chorégraphiques de Carthage autour de la rencontre entre la danse et les nouvelles technologies n’est pas neutre. Pour de bonnes et de moins bonnes raisons, il semblerait qu’un festival organisé au Sud doive se contenter de moyens rustiques, d’œuvres résistantes aux contraintes matérielles et de problématiques ne mettant en cause que les questions de racines et de modernité, le rapport aux anciens ou aux traditions.

RCC 2008

RCC 2008

  Tunis du 1er au 8 mai 2008  

Une chose est sûre, à la rencontre de l’escale tunisoise de la Biennale, il y aura, d’abord, cet intense désir de danse que les Rencontres Chorégraphiques de Carthage ont, depuis des années, soigneusement cultivé chez le grand public. L’autre point qui  mérite une mention spéciale, c’est l’esprit de partenariat exemplaire entre Culturesfrance et Ness El Fen qui préside à la mise en œuvre de la présente édition.

Dans la tradition du pays, Ness El Fen dressera grandes tentes et déroulera tapis rouge ; mille flambeaux s’allumeront pour offrir à la manifestation nomade une oasis à la mesure d’une caravane chargée de tous les talents, de toutes les promesses, de toutes les audaces du continent.
Conscients des enjeux de notre mission, et de la nécessité d’être à la hauteur des attentes des participants, nous avons à coeur de faire de ces 7es Rencontres Chorégraphiques de l’Afrique et de l’Océan indien une édition à la fois ambitieuse, fédératrice et résolument engagée au service des artistes, de leurs œuvres et de leur devenir.

RCC 2007

  Tunis du 28 avril au 5 mai 2007  

Bref coup d’œil dans le rétroviseur

Quatre premières éditions ont été consacrées aux fondations de l’édifice et à sa consolidation. Les architectes appellent cela le « gros œuvre ».  Il s’agissait de faire une place à la danse sur la scène artistique nationale, de la doter d’un réseau de partenariat actif, d’inscrire l’évènement dans l’actualité culturelle, d’insuffler une dynamique à la création chorégraphique en sensibilisant les institutions et en impliquant les professionnels. L’autre objectif fondamental des Rencontres était et reste d’ordre pédagogique. Il faut faire connaître, faire comprendre pour faire aimer, une forme d’expression peu connue, jugée difficile, incompréhensible. Cela demande du temps. Menés avec un souci constant d’exigence artistique, nos efforts ont donné lieu à des propositions ouvertes sur tous les styles,  parfois osées, mais toutes centrées sur la danse contemporaine.

RCC 2006

RCC 2006

  Tunis du 29 avril au 7 mai 2006  

En cinq éditions, les Rencontres Chorégraphiques de Carthage sont au moins parvenues à un objectif, elles existent. Ce n’est pas un  résultat négligeable. D’abord parce que la pérennité de cette aventure n’était pas garantie qui supposait qu’existe un public tunisois pour une forme artistique réputée difficile, ensuite parce qu’il fallait que les artistes de toutes origines que nous souhaitions voir se rencontrer acceptent les conditions parfois précaires que nous leur proposions.Les Rencontres Chorégraphiques de Carthage ont fait de cette fragilité première une force qui a permis d’atteindre cette 5ème édition.Nos amis chorégraphes et danseurs ne viennent pas faire un spectacle de plus. Nos partenaires  n’aident pas une manifestation de plus. Ce Festival qui est d’abord une histoire collective, n’a de sens que comme rencontre. Il a permis la rencontre entre la danse contemporaine et le public tunisien,

test