Programme de Doc a Tunis 2017

Mercredi 5 avril 2017

Institut Français de Tunis

18h30
de Joris Lachaise

4ème art

18h30
de Malek Bensmail

Ce qu’il reste de la folie

De Joris Lachaise

Synopsis:
Il y a Khady, une femme dont les écrits et les images qu’elle tourne ne parviennent pas à sauver du tourment. Elle qui aimerait tant parvenir à nommer ce mal qui tournoie dans son esprit. Il y a tous les autres, des fous croit-on, chez qui le vertige côtoie si fortement la lucidité qu’on se demande quel lien obscur relie ces deux états. Il y a cet hôpital. Thiaroye, en lisière de Dakar. Un lieu où la psychiatrie en Afrique s’est écartée du chemin tracé par la colonisation. Et il y a la folie qui nous parle, qu’on écoute attentivement, qui nous bouleverse, non par compassion mais parce qu’elle emporte toutes nos certitudes.

Biographie:
Joris Lachaise vit et travaille actuellement à Marseille. Après une maîtrise en philosophie, il engage sa caméra à l’épreuve du Réel pour enregistrer, à la surface de ce que nous appelons « nos corps », le mouvement tectonique des cultures, la réinvention des techniques mémorielles ou de transmission, les changements de paradigmes de nos sociétés et de nos institutions, l’apparition de nouvelles formes de désir politique. Au début des années 2000, il entreprend de filmer la conservation des postures du vivant et les représentations de la mort en allant de l’atelier du taxidermiste aux rituels hétérodoxes de l’église napolitaine. En 2003, il accompagne, en tentant de le réinscrire dans une perspective historique, le mouvement de résistance du Musée de l’Homme qui se trouve confronté au déplacement d’une partie de ses collections d’ethnographie vers le futur Quai Branly. En 2005, il travaille aux côtés de Jean-Pierre Krief sur le film Saddam Hussein : chronique d’un procès annoncé. Des mois d’enquête dans les coulisses du Tribunal Spécial Irakien qui conduiront à démêler les véritables enjeux de ce procès.

Contre pouvoirs

De Malek Ben Smail /1h37/Algérie France

Synopsis:
Après vingt années d’existence et de combats pour la presse indépendante algérienne, Malek Bensmaïl pose sa caméra au sein de la rédaction du célèbre quotidien El Watan, nécessaire contre-pouvoir à une démocratie vacillante, à l’heure où Bouteflika s’apprête à briguer un quatrième mandat. Une rencontre avec celles et ceux qui font le journal, leurs doutes, leurs contradictions, leur souci permanent de faire, chaque jour, un journal libre et indépendant. Une réflexion sur le travail et la pensée journalistique.

Biographie:
Très jeune, il réalise des essais en super 8 et obtient le premier prix national du Film amateur en Algérie. Après des études de cinéma à Paris suivi d’un stage dans les studios de Lenfilm à Saint-Pétersbourg, il consacre sa filmographie au documentaire de création, entièrement engagé sur son pays. Il dessine à travers ses films les contours d’une humanité complexe : démocratie, modernité-tradition, langage, identité, société. Une volonté d’enregistrer la mémoire contemporaine et faire du documentaire un enjeu de démocratie et de réflexion.

Jeudi 6 avril 2017

Institut Français de Tunis
19h30
De Bernard Surugue
52’
20h30
D’Olivier Dockinson
78’
4éme art
15h
De Hichem Elladdaqi
 61’
16h
De François Ruffin
84’
18h
Myriam Illouz, psychanalyste
20h30
De Joris Lachaise

Un fleuve nommé Niger

De Bernard Surugue/France/52mn/2015

Synopsis:
Situé aux confins du Sahara - entre Djenné et Tombouctou - le delta intérieur du fleuve Niger est à la fois une merveille de biodiversité et le théâtre mythique d’une alliance remarquable entre les hommes et la nature. Le changement climatique durable perturbe ce bel équilibre et inquiète les populations riveraines. Des aménagements du fleuve des fleuves pourront-ils préserver cette ressource vitale pour le Mali et les pays limitrophes ?

Biographie:
Directeur de recherche à l’IRD, Réalisateur. Bernard SURUGUE jeune ingénieur “interrompu” et musicien accompli s’engage à vingt ans comme professeur de musique au Niger où il rencontre Jean Rouch en 1966. Rouch l’invite à partager son terrain ethnologique pour étudier la musique et les danses de possession. Ensemble, village après village, ils observent et collectent avec caméra et Nagra les représentations rituelles de la mythologie songhay-zarma, comme l’expression d’un théâtre total. Jean Rouch lui confie la création de la section d’ethnomusicologie du centre IFAN de Niamey et dirige sa thèse sur la musique liturgique et les danses de possession Songhay – la première comportant un film – qui sera soutenue en 1973 en Sorbonne. Ayant obtenu une allocation du CNRS et une bourse de la Fondation de la vocation, il réalise ses premiers films avec le soutien du comité du film ethnographique du Musée de l’Homme puis est recruté par le CNRS pour l’installation de la nouvelle phonothèque du Musée des Arts et Traditions populaires transféré du Palais de Chaillot au Jardin d’acclimatation à Paris.

Des locaux très motivés

De Oliver Dickinson/ France/1h 18min / 2015

Synopsis:
Isabelle, Jean-Marc, Vincent et les autres ont décidé de produire et de consommer local, dans le respect des animaux, de la nature et des personnes. En 2012, ils ont créé l'association des Loco-Motivés à Caplongue, un village aveyronnais de 80 habitants. Ils produisent sans pesticides des légumes et des fruits comme les myrtilles. Ils se sont lancés dans l'élevage de porcs et dans l'héliciculture. Ils façonnent eux-mêmes leur pain. Tous ses produits sont distribués dans des points de vente à taille humaine. Une façon également de maintenir une vie rurale...

Biographie:
Né à Londres en 1980, Oliver Dickinson est un documentariste franco-britannique. Auteur de films d’inspiration sociale et écologique : La Province Oubliée, Veilleurs du Lagon, Paludiers de la Baie… Son style cinématographique a été reconnu par plus d’une centaine de festivals dans 44 pays et récompensé par une vingtaine de prix.

La route du pain

de Hicham Elladdaqi / Belgique, France, Maroc / 2015 / 61 minutes

Synopsis:
" Le quotidien des habitants d’un quartier populaire de Marrakech, ou le ballet toujours recommencé des laissés pour compte d’un système. Chaque jour, ils sont des milliers d’hommes et de femmes à se poster aux pieds des remparts de la Médina pour quémander du travail. Ils sont les petites mains, la cheville ouvrière indispensable à l’essor économique d’une ville portée par une industrie touristique florissante.

Biographie:Originaire de Marrakech, Hicham Elladdaqi a suivi une formation de monteur à l’ESAV- Ecole supérieure de l’Audiovisuel en 2011. Monteur, il entame une carrière de réalisateur de films de fictions d’abord. La route du pain est son premier long-métrage documentaire.

Merci patron

De François Ruffin | 24 février 2016 | 1h 24min | Français

Synopsis:
Pour Jocelyne et Serge Klur, rien ne va plus : leur usine fabriquait des costumes Kenzo (Groupe LVMH), à Poix-du-Nord, près de Valenciennes, mais elle a été délocalisée en Pologne. Voilà le couple au chômage, criblé de dettes, risquant désormais de perdre sa maison. C'est alors que François Ruffin, fondateur du journal Fakir, frappe à leur porte. Il est confiant : il va les sauver. Entouré d'un inspecteur des impôts belge, d'une bonne soeur rouge, de la déléguée CGT, et d'ex-vendeurs à la Samaritaine, il ira porter le cas Klur à l'assemblée générale de LVMH, bien décidé à toucher le coeur de son PDG, Bernard Arnault. Mais ces David frondeurs pourront-ils l'emporter contre un Goliath milliardaire ? Du suspense, de l'émotion, et de la franche rigolade. Nos pieds nickelés picards réussiront-ils à duper le premier groupe de luxe au monde, et l'homme le plus riche de France ?

Biographie>
François Ruffin, né le 18 octobre 1975 à Calais, est un journaliste et réalisateur français. Il est le fondateur et le rédacteur en chef du journal Fakir. Il écrit aussi dans Le Monde diplomatique. Il participe pendant sept ans à l'émission Là-bas si j'y suis diffusée sur France Inter. En 2017, il reçoit le César du meilleur film documentaire pour son premier film, Merci Patron !.

Université Populaire

« Les bouleversements psychopathologiques de l'hyper-modernité : recrudescence des pervers narcissiques, le déclin de l'humain ? À quoi bon psychanalyser… »
Myriam Illouz, psychanalyse
« Paul Klee en Tunisie »
Gérard Poulouin/Marina Hicker

Ce qu’il reste de la folie

De Joris Lachaise

Synopsis:
Il y a Khady, une femme dont les écrits et les images qu’elle tourne ne parviennent pas à sauver du tourment. Elle qui aimerait tant parvenir à nommer ce mal qui tournoie dans son esprit. Il y a tous les autres, des fous croit-on, chez qui le vertige côtoie si fortement la lucidité qu’on se demande quel lien obscur relie ces deux états. Il y a cet hôpital. Thiaroye, en lisière de Dakar. Un lieu où la psychiatrie en Afrique s’est écartée du chemin tracé par la colonisation. Et il y a la folie qui nous parle, qu’on écoute attentivement, qui nous bouleverse, non par compassion mais parce qu’elle emporte toutes nos certitudes.

Biographie:
Joris Lachaise vit et travaille actuellement à Marseille. Après une maîtrise en philosophie, il engage sa caméra à l’épreuve du Réel pour enregistrer, à la surface de ce que nous appelons « nos corps », le mouvement tectonique des cultures, la réinvention des techniques mémorielles ou de transmission, les changements de paradigmes de nos sociétés et de nos institutions, l’apparition de nouvelles formes de désir politique. Au début des années 2000, il entreprend de filmer la conservation des postures du vivant et les représentations de la mort en allant de l’atelier du taxidermiste aux rituels hétérodoxes de l’église napolitaine. En 2003, il accompagne, en tentant de le réinscrire dans une perspective historique, le mouvement de résistance du Musée de l’Homme qui se trouve confronté au déplacement d’une partie de ses collections d’ethnographie vers le futur Quai Branly. En 2005, il travaille aux côtés de Jean-Pierre Krief sur le film Saddam Hussein : chronique d’un procès annoncé. Des mois d’enquête dans les coulisses du Tribunal Spécial Irakien qui conduiront à démêler les véritables enjeux de ce procès.

Vendredi 7 avril 2017

Institut Français de Tunis
18h
de Yuri Ancarani
69’
19h30
De de Moritz Siebert, Estephan Wagner, Abou Bakar Sidibé
82‘
4ème Art
15h
De Marion Poizeau
52’
16h
De Gilles Laurent
73'
18h
20h30
D’Alexander Kuznetsov
80‘

The challenge

Yuri Ancanari | 2016 | 69’| Italie/France/Suisse

Synopsis:
La fauconnerie a une histoire qui remonte à plus de 40 siècles. En Occident, c'était une passion dominante de l'aristocratie médiévale, mais son prestige ne diminue pas dans la culture arabe contemporaine. Trois ans d'observation de cette forme de chasse sur le terrain ont permis de saisir l'esprit d'une tradition qui permet aujourd'hui à ses pratiquants de garder un rapport étroit avec le désert, en dépit de leur style de vie principalement urbain. Notre guide sur la façon dont ils franchissent ce seuil est un fauconnier prendre ses oiseaux pour participer à un tournoi au Qatar. Dans la lumière éblouissante d'un paysage vide, à la suite de lignes de vol et de leurres, le film raconte un étrange "week-end du désert", où les microcosmes technologiques et anthropologiques suspendent l'air, comme le faucon, dérivant sur les courants irréversibles des images.

Biographie: Né en 1972 à Ravenne, Yuri Ancarani vit et travaille à Ravenne et à Milan. Son travail fonctionne comme un mélange de cinéma documentaire et d'art contemporain et est présenté dans de nombreux festivals, y compris Venise, Locarno, IFFR Rotterdam, IDFA, Hot Docs, Cinéma du Réel, SXSW, Full Frame Documentary Festival, Ann Arbor Film Festival et True / Faux.

Les sauteurs

De Moritz Siebert et Estephan Wagner/ Danemark /82mn/2016

Synopsis:
Les sauteurs montre le drame des migrants dans une nouvelle perspective : Moritz Siebert et Estephan Wagner confient leur caméra à Abou Bakar Sidibé, un jeune Malien qui espère pouvoir traverser les tristes clôtures de Melilla pour arriver en Europe. Le film peint un portrait intime d'une société dans un contexte extrême et nous encourage à voir derrière les multiples points sur les moniteurs de surveillance des êtres humains qui souffrent, espèrent et essaient de tenir bon.

Biographie:Né à Stuttgart, en Allemagne, en 1973. Il a d'abord étudié la médecine et l'anthropologie culturelle à Berlin avant de terminer ses études de cinéma documentaire à l'École nationale de cinéma et de télévision du Royaume-Uni. THE WHO JUMP (LES SAUTEURS), son premier long métrage documentaire, a été sélectionné au Forum Berlinale en 2016.

Into the sea

De Marion Poizeau/France/52 min/2016

Synopsis:
Into the Sea raconte l’histoire de trois jeunes femmes, Easkey surfeuse irlandaise, Mona, snowboardeuse iranienne et Shalha, nageuse iranienne qui ensemble vont réaliser l’impensable : introduire le surf en Iran. Toutes les trois sont convaincues du pouvoir du sport et spécialement du surf comme moyen de faire tomber les barrières culturelles et le film montre comment elles vont encourager les locaux à ce joindre à elles et comment le surf va devenir accepté et pratiqué par la population balutchi. On découvre aussi le contraste entre la région très traditionnelle du Baluchistan et la mégalopole de Téhéran où le sport féminin est déjà très développé et pourquoi il est si important pour les femmes de pouvoir pratiquer un sport malgré les règles qu’elles doivent respecter. ‘Into The Sea’ est un film de surf puissant, preuve qu’il n’y a besoin ni de vagues splendides ni de stars pour nous laisser bouche bée.

Terres abondonnées

Synopsis:
Le 11 mars 2011, à la suite d'un séisme et d'un tsunami, la centrale nucléaire de Fukushima, au Japon, subit un accident majeur. Cinq ans après cette catastrophe, une poignée d'irréductibles choisit de rester vivre sur ces terres brûlantes de radiations, où la nature semble pourtant reprendre ses droits. Les habitants de cette zone mènent une existence tranquille et paisible, malgré le danger permanent qu'ils encourent à être exposés à ces radiations...

Biographie: Voyageur infatigable à travers son métier d'ingénieur du son, vivant en phase avec ses idéaux politiques, philosophiques et écologiques, Gilles Laurent était toujours en recherche… En 2016, à 47 ans il signe La terre abandonnée, son premier documentaire. Formé aux techniques du son à l'école de cinéma INSAS (Bruxelles), il a été ingénieur du son pendant plus de 20 ans sur les plateaux du monde entier. Il a travaillé entre autre avec Carlos Reygadas (Japon, Post tenebras lux...), Diego Martinez Vignatti (La Marea, La Cantate de Tango…) Kamal Aljafari (Port of Memory), Marjane Satrapi (Poulet aux prunes), Wang Bing (Le fossé) Stéphanie Valloatto (Caricaturistes, fantassins de la démocratie) Abel & Gordon (Rumba) Clémence Hébert (Le bateau du père) et Nathalie Borgers (Bons baisers de la colonie)… Gilles Laurent est né en Belgique en 1969 et décédé dans les attentats de Bruxelles du 22 mars 2016. Il terminait le montage de « La terre abandonnée ».

Université populaire

« Décoloniser la langue française. »
Gérard Poulouin
« Le temps long de la laïcité »
Michel Onfray

Bref manuel de libération

D'Alexander Kuznetsov/ Russie/France/80'/2016

Synopsis:
Une histoire de la province sibérienne. Des filles passent directement de l’orphelinat à un internat neuropsychiatrique, privées de tous leurs droits de citoyennes: pas de liberté, pas de travail, pas de famille. Le parcours pour conquérir ces droits, face à l’effrayante bureaucratie institutionnelle russe, est long et difficile.

Biographie:
Aleksandr Kuznetsov est né le 2 décembre 1959 à Petrovka, Primorskiy kray, RSFSR, URSS comme Aleksandr Konstantinovich Kuznetsov. Il est un acteur et écrivain, connu pour Space Cowboys (2000), Agent destructeur (2000) et Revenge (2005).

Samedi 8 avril 2017

Institut Français de Tunis
15h
Courts-métrages : BABOR-SECRET D’OMMI-KLOCHART-RÉPUBLIQUE -EFRIQY AMERE
18h
De Viviane Candas
82’
19h30
De David Yon
60’
4éme art
15h
D’Axel Salvatori-Sinz
78'
17h
Master class
avec Kaouther Ben Hania
18h30
De Hassen Ferhani
100'
20h
de Rokhsareh Ghaem Maghami

MANTA

Interprétation : Héla Fattoumi

Algérie du possible

Viviane Candas | 2016 | 1h22 | Français

En rencontrant ses anciens compagnons de combat, le film suit le parcours d’Yves MATHIEU, né à Annaba, anticolonialiste en Afrique Noire puis avocat du FLN. À l’Indépendance de l’Algérie, il rédige les Décrets de Mars sur les biens vacants et l’autogestion, promulgués en 1963 par Ahmed BEN BELLA. La vie d’Yves MATHIEU est rythmée par ses engagements dans une Algérie qu’on appelait alors « Le Phare du Tiers Monde ». La réalisatrice, qui est sa fille, revient sur les conditions de son décès en 1966.

Biographie: Étudie l’art à Aix et le théâtre à Paris puis réalise des films, portraits, documentaires ou expérimentaux,avant sa rencontre avec Paulo Branco qui produit ses premiers long-métrages de fiction. Elle a publié deux romans et touché au théâtre, mais le cinéma reste sa pratique artistique privilégiée. Elle dessine en story-board ses films et scénarise des vies de peintre (Valadon et Utrillo). On lui doit un moyen-métrage sur la naissance du cubisme : L’Estaque ou Cézanne, la voie de la modernité. Le thème du désir anime Les Baigneuses, on le retrouve mûri dans Suzanne, alors que Le Voile Brûlé explore la violence qu’il provoque.

La nuit et l’enfant

De David Yon | France|1h 00min |2015|

Synopsis:Le soleil ne se lève plus sur l’Atlas algérien. Après les guerres, sur cette terre où résonne encore l’écho d’une menace, Lamine marche dans la steppe. Un enfant, à la présence rassurante l’accompagne. Que fuient-ils ensemble ? Un présent peuplé de mystérieux assaillants ? Les cauchemars du passé ? Cette traversée nocturne au cœur d’une nature majestueuse prend tour à tour les accents fantastiques d’une quête, d’un jeu.

Biographie:David Yon est né en 1979 à Provins, il habite à Marseille. En 2005, il obtient un Master de réalisation de film documentaire (Grenoble 3). En 2007, il concrétise avec des proches son désir de créer une revue autour du cinéma alliant un site internet, un livre et un dvd : Dérives. Son travail de réalisateur s’est toujours accompagné d’une volonté de partage, de transmission et d’échange autour du cinéma. Il est enseignant associé à l'Université Grenoble Alpes, anime des ateliers et programme des films dans différents lieux.

Les chebabs de Yarmouk

D'Axel Alvatori-Sinz | Syrie | 2015 | 78’

Synopsis:Les « chebabs » de Yarmouk, c’est avant tout une bande de potes, qui se connaissent depuis l'adolescence… Dans le plus grand camp de réfugiés palestiniens du Moyen-Orient, créé en Syrie en 1957, ils partagent leur quotidien, se cherchent un avenir. Troisième génération d’exilés, ils ne rêvent plus du retour en Palestine. Mais leur soif de vivre, leur désir de révolte se heurtent aux murs du camp. Au seuil de choix existentiels, l’Histoire les rattrape à nouveau. En mars 2011, éclate la Révolution en Syrie. Le camp sera en grande partie détruit, leur vie bouleversée. Le film, tourné juste avant, cristallise leurs derniers moments, ensemble, à Yarmouk

Biographie:Né en 1982, Axel Salvatori-Sinz a étudié l’anthropologie avant de passer à la réalisation. Son premier long-métrage documentaire Les Chebabs de Yarmouk a remporté le prix « Regard neuf » du meilleur Premier film et une mention à Visions du Réel, le prix RTP dans la catégorie Recherche à DocLisboa, le prix du premier film au festival Jean Rouch et au festival Al Ard Film Festival. Il réalise actuellement un film en Corse écrit dans le cadre de l’atelier documentaire de la Fémis 2012 ainsi qu’un projet en lien avec l’actualité syrienne. Il développe en parallèle une activité de monteur et de cadreur.

Dans ma tête un rond-point

De Hassen Ferhani Algérie, Françe, Qatar, Pays-bas | 1h40 |2016

Synopsis:Dans le plus grand abattoir d’Alger, des hommes vivent et travaillent à huis-clos aux rythmes lancinants de leurs tâches et de leurs rêves. L’espoir, l’amertume, l’amour, le paradis et l’enfer, le football se racontent comme des mélodies de Chaabi et de Raï qui cadencent leur vie et leur monde.

Biographie:Réalisateur, Chef monteur, Directeur de la photographie

SONITA

de Rokhsareh Ghaem Maghami /Iran/Allemagne/Suisse /2016

Synopsis:Si Sonita, 18 ans, avait eu son mot à dire, elle aurait comme parents Michael Jackson et Rihanna. Réfugiée afghane clandestine en Iran, elle habite depuis dix ans dans la banlieue pauvre de Téhéran. Sonita rêve de devenir une artiste, une chanteuse en dépit des obstacles auxquelles elle est confrontée en Iran et dans sa famille. En effet sa mère lui réserve un tout autre destin : celui d’être mariée de force et vendue pour la somme de 9000 dollars. Mais Sonita n’entend pas se soumettre : téméraire et passionnée, elle bouscule les codes de cette culture conservatrice et décide de se battre pour vivre sa vie.

Biographie:Rokhsareh Ghaemmaghami est né à Téhéran. Elle a un baccalauréat en cinéma et une maîtrise en animation. Elle a fait des recherches sur "documentaire animé" et Cyanosis est son travail pour son diplôme de maîtrise. Ses recherches ont été publiées sous forme de livre en Iran. (04/12

Dimanche 9 avril 2017

Institut Français de Tunis
16h
« Du côté de chez Fréd »
avec Fréderic Mitterrand
19h
De Xavier de Lauzanne
88’
4éme art
15h
de Nathanaël Coste, Marc de la Ménardière
87’
17h
De Fethi Saïdi
19h
De Claire Simon

Les pépites

de Xavier de Lauzanne | 1h 28min | 2016

Synopsis:Aujourd'hui, ils ont 25 ans et finissent leurs études ou commencent à travailler. Tous, lorsqu’ils étaient enfants, devaient fouiller, pour survivre, dans la décharge « à ciel ouvert » de Phnom-Penh, au Cambodge. C’est là que Christian et Marie-France, un couple de voyageurs français, les rencontrent, il y a plus de vingt ans. Ils décident alors de se battre sans limite pour sortir ces enfants de cet enfer. A ce jour, ils ont permis à près de 10.000 enfants d’accéder à l’éducation pour se construire un avenir.

Biographie:En 2000, il réalise au Vietnam son premier film documentaire Retour sur la RC4 (« RC4 » pour « route coloniale 4 », en référence à la bataille à laquelle elle a donné son nom) sur des anciens combattants français et vietnamiens de la guerre d’Indochine. Afin d’obtenir les moyens de monter ce film, il crée avec un ami d'enfance, François-Hugues de Vaumas, leur société de production Aloest Productions.

En quête de sens

De Nathanaël Coste, Marc de la Ménardière | 1h 27min |2015

Synopsis:Un documentaire, incarné mais pas intimiste, ce film ressemble au road-movie d’une génération désabusée à la recherche de sagesse et de bon sens. En rapprochant les messages d’un biologiste cellulaire, d’un jardinier urbain, d’un chamane itinérant ou encore d’une cantatrice présidente d’ONG, Marc et Nathanaël nous invitent à partager leur remise en question, et interrogent nos visions du monde. Ce documentaire a été coproduit grâce à une campagne de financement participatif qui a mobilisé 963 internautes. Il est distribué de manière indépendante par l'association Kamea Meah.

Biographie:Géographe de formation, Nathanaël a co-réalisé plusieurs documentaires. Il s’intéresse aux phénomènes sociaux et culturels générés par la mondialisation (Djembé : de la savane au bitume, 2003). Il réalise ensuite des films autoproduits sur des sujets liés aux modes de vie alternatifs (Agroconstruction : un brin de pratiques solidaires, 2011) mais aussi des films pour les associations qui militent pour la diffusion de l’agroécologie en milieu paysan dans le sillon de Pierre Rabhi (Les semences prennent le maquis, 2012 ; Reverdir le Sahel, 2013). La gestion collective des ressources naturelles est une autre de ses préoccupations (Eaux douces, eaux amères, 2009), il coordonne d’ailleurs la revue spécialisée ASAinfo en tant que journaliste indépendant.

DERRIÈRE LA VAGUE

De Fethi Saïdi

Synopsis:Le film nous plonge dans un contexte social qui continue encore à pousser des Tunisiens à quitter clandestinement le pays. C'est à travers le quotidien de deux personnages que nous immergeons dans la réalité du quartier. Hamed, réparateur de télévision à la cité, est père de famille de quatre enfants, dont deux partis en Italie. L’un deux est porté disparu depuis mars 2011. Le film traite de cette absence du fils, dans la famille de Hamed, comme dans d’autres familles du quartier.

Le concours

De Claire Simon | 1h59

Synopsis:C'est le jour du concours. Les aspirants cinéastes franchissent le lourd portail de la grande école pour la première, et peut-être, la dernière fois. Chacun rêve de cinéma, mais aussi de réussite. Tous les espoirs sont permis, toutes les angoisses aussi. Les jeunes gens rêvent et doutent. Les jurés s'interrogent et cherchent leurs héritiers. De l'arrivée des candidats aux délibérations des jurés, le film explore la confrontation entre deux générations et le difficile parcours de sélection qu'organisent nos sociétés contemporaines.

Biographie:Claire Simon, née à Londres en juillet 1955, est une scénariste, actrice, directrice de la photo, monteuse et réalisatrice française. Elle est l'auteur de plusieurs films documentaires. Les Patients, Récréations, et Coûte que coûte qui seront primés dans de nombreux festivals. Son œuvre est essentiellement composée de documentaires dans lesquels elle traque des histoires, celles que les enfants s’inventent le temps d’une récréation, celle que les difficultés de gestion induisent dans Coûte que coûte, celle qui naît de l’amour de deux jeunes gens (800 km de différence-Romance), ou encore celle que tisse la vie singulière de Mimi. En fait, pour Claire Simon, si « la banalité contient de la fiction », le travail de la cinéaste est de la débusquer.

Partenaires de DOC A TUNIS 2017

test