L'historique du CMDC

Le Centre Méditerranéen de Danse Contemporaine est le produit d’une histoire engagée au milieu des années 80, d’une aventure collective au service du développement de la danse contemporaine, qui croise des activités de formation (Ecole de Danse Ness El Fen), de création (Compagnie Sybel Ballet Théâtre) et de diffusion avec la création en 2002 d’un festival international de danse contemporaine (les Rencontres chorégraphiques de Carthage).

 

L’Ecole de Danse

 

En l’absence d’école de formation professionnelle à la danse contemporaine, Syhem Belkhodja, danseuse et chorégraphe, entreprend au tournant des années 80 de former sur place, à Tunis, de futurs danseurs, dans divers espaces pas toujours adaptés à l’origine à la pratique de cette discipline. Depuis lors, les locaux se sont très sensiblement professionnalisés, l’association Ness El Fen a vu le jour et s’est structurée, et une véritable école de danse a pu être installée, proposant des cours d’initiation et de perfectionnement, des ateliers de formation et de création avec la collaboration de formateurs et chorégraphes tunisiens, mais aussi d’artistes et enseignants étrangers en vue de varier et d’enrichir les références techniques et esthétiques.

 

Des centaines de jeunes ont pu être accueillis au sein de l’Ecole de danse. Dans le but de développer et de consolider la qualité de l’enseignement dispensé, l’association Ness El Fen noue au début des années 2000 un partenariat privilégié avec le Centre National de Danse Contemporaine d’Angers (France).

 

 

La compagnie de danse

 

A l’origine, l’Ecole était créée pour assurer le renouvellement des danseurs au sein de la compagnie Sybel Ballet Théâtre (créée en 1985), donc son existence durable ; c’est aujourd’hui la compagnie qui apporte une contribution décisive au fonctionnement de l’Ecole de danse. Les danseurs issus de l’Ecole, ou toujours en formation, trouvent avec la compagnie de danse un lieu de perfectionnement et d’expérimentation au contact du public, tandis que le public se familiarise à la danse contemporaine grâce à des créations chorégraphiques diffusées à travers toute la Tunisie, en particulier durant la période estivale -celle des nombreux festivals d’été.

 

Pour stimuler la créativité de la compagnie, des chorégraphes confirmés sont régulièrement invités en résidence. Dans le même esprit, la compagnie est membre du réseau Repérages mis en place par la structure « Danse à Lille » : ce réseau international, qui réunit en particulier des directeurs de festivals, se donne comme priorité de faire découvrir le talent de jeunes danseurs et chorégraphes au travers de projets croisés.

 

 

Les Rencontres Chorégraphiques de Carthage

 

Forte de ces expériences dans les domaines tant de la formation que de la création, l’association Ness El Fen a voulu créer les conditions favorables à une meilleure diffusion de la danse contemporaine, en installant un festival de danse contemporaine à Tunis qui soutienne sa (re)connaissance comme expression artistique à part entière.

 

Cette manifestation internationale créée en 2002, intitulée les Rencontres Chorégraphiques de Carthage, s’attache à sensibiliser le public tunisien à l’expression chorégraphique contemporaine, à travers ses formes les plus diverses, des plus accessibles aux plus exigeantes, tout en favorisant la promotion de créations issues de Tunisie et de la région. Le festival se présente aussi comme un espace privilégié de confrontation et de dialogue des œuvres et des artistes, également d’encouragement à la création.

 

Ce festival a été conçu « adossé » à la formation, proposant des ateliers avec les chorégraphes invités, permettant aux écoles méditerranéennes de danse contemporaine de se réunir et de se connaître. Le festival suscite des débats, organise des échanges interprofessionnels, présente et fait se rencontrer des réseaux, afin d’engager une réflexion approfondie sur l’état actuel de la danse, de proposer des perspectives de pratique professionnelle fiables et de sensibiliser les institutions à cette nécessité.

 

L’association s’est employée à prolonger sur l’année les effets bénéfiques de cette manifestation : des collaborations artistiques, des ateliers, des résidences de création ont vu le jour ces dernières années, avec la présence de chorégraphes étrangers de renom. 

 

Le CMDC

 

Porté par l’Association Ness El Fen, le CMDC est né de la volonté de créer un établissement de formation professionnelle dans un lieu spécifiquement dédié à la danse contemporaine, afin d’approfondir et de structurer les acquis, d’offrir en Tunisie les conditions d’une formation artistique et pédagogique d’excellence : permettre aux jeunes danseurs de se perfectionner dans leur région d’origine pour mieux les préparer à l’exercice de leur métier, aux futures rencontres et échanges artistiques internationaux.

test